Divers

Fin Animaux de cirque en France en 2028

 

Suite à l'adoption de la loi contre la maltraitance animale en novembre 2021, les animaux sauvages seront interdits dans les cirques au 1er décembre 2028.

Les animaux sauvages devront notamment être relogés dans des refuges.

Les cirques ont donc 7 ans pour trouver une place dans un refuge. Ils ne pourront pas dire

Certains cirques parlent de militants pour la cause animale de détraqués et les députés et sénateurs qui ont voté la loi de "fous".

Non simplement la place d'un animal n'est pas dans une cage. Il faudrait enfermer les gens du cirque dans une cage pour voir ce qu'il en passe.

Environ 500 animaux sont concernés par cette future interdiction, dont 300 fauves. "Selon l'État. ll en reste beaucoup plus. Il y en a au moins 800", indique Patrick Violas, le fondateur du zoo-refuge La Tanière, en Eure-et-Loir.

Commission Européenne Nouvelles règles Transport Animaux

La Commission propose de nouvelles règles pour améliorer le bien-être des animaux


La Commission européenne propose aujourd'hui la plus grande réforme depuis 20 ans des règles de l'Union européenne en matière de bien-être des animaux pendant le transport.

Comme annoncé dans la stratégie «De la ferme à la table», le programme en faveur d'une agriculture et d'une production alimentaire durables du pacte vert pour l'Europe, la Commission a proposé aujourd'hui la plus grande réforme depuis 20 ans des règles de l'Union européenne (UE) en matière de bien-être des animaux pendant le transport.

Ce train de mesures comprend une révision des règles actuelles de l'UE concernant les animaux pendant le transport, ce qui améliorera le bien-être du 1,6 milliard d'animaux transportés chaque année dans l'UE et depuis l'UE. Les nouvelles règles sont le reflet des données et connaissances scientifiques ainsi que des évolutions technologiques les plus récentes.

De meilleures règles pour le transport des animaux


Les règles de l'UE en vigueur pour les animaux transportés datent de 20 ans. Elles ne reflètent plus les réalités actuelles, les connaissances et avis scientifiques les plus récents, les objectifs de durabilité ou les préoccupations légitimes de nos citoyens en matière de bien-être des animaux. La proposition présentée aujourd'hui est donc axée sur des domaines clés, essentiels pour garantir le bien-être des animaux pendant le transport:

  • Les temps de trajet seront raccourcis et, pendant les voyages de longue durée, les animaux devront être déchargés afin de pouvoir se reposer, s'alimenter et s'abreuver. Des règles spéciales s'appliqueront aux animaux destinés à l'abattage ainsi qu'aux animaux vulnérables tels que les veaux non sevrés et les femelles gravides.
  • Les espaces disponibles permettant de garantir un espace minimal pour les différents animaux seront augmentés et adaptés à chaque espèce.
  • Le transport à des températures extrêmes sera soumis à des conditions strictes, y compris la limitation à un transport de nuit uniquement lorsque les températures dépassent 30 degrés. En outre, quand les températures seront inférieures à 0 °C, les véhicules routiers devront être couverts et la circulation de l'air dans le compartiment des animaux devra être contrôlée, afin de protéger les animaux contre le risque de refroidissement pendant le voyage. Si les températures tombent au-dessous de – 5 °C, parallèlement aux mesures susmentionnées, la durée du voyage ne devrait pas dépasser neuf heures.
  • Les règles relatives aux exportations d'animaux vivants en provenance de l'Union deviendront plus strictes et se traduiront notamment par de meilleurs contrôles dans les pays tiers afin de satisfaire à des normes équivalentes à celles existant dans l'UE.
  • La Commission Européenne exploitera au maximum les outils numériques pour faciliter l'application des règles de transport (par exemple positionnement en temps réel des véhicules, base de données centrale)

Cette proposition législative n'a pas encore été votée. Elle va être soumise au Parlement européen et au Conseil.

Proposition de Loi globale

Nous faisons la demande à des députés et sénateurs d'une Proposition de loi globale comprenant plusieurs sujets comme :

 

Fin Corrida

Fin Chasse

Fin pratiques cruelles de la Chasse : chasse à courre, déterrage sous terre et pièges tuants

Fin Elevage animaux pour la chasse

Fin Viande de cheval (de l'animal de rente à animal de compagnie)

Fin expérimentation animale

Fin expérimentation animale si méthodes substitutives

Fin Gazage lors de l'abattage

Fin Abattage sans étourdissement

Accès Plein Air pour animaux d'élevage

Fin gavage

Fin vente oiseaux

Fin bocal rond pour poissons (Minimum 30L par poisson

 

Députée Barbara Pompili - Groupe Renaissance

 

Sa réponse :  Mme Pompili a été mandatée par la Première Ministre sur une mission pour 6 Mois (jusqu'à Fin Septembre 2023) ou plus. Mission d'acceptabilité des zones à faible émission. Son travail de députée est suspendu pendant ces 6 mois. Nous la recontacterons après ces 6 Mois.

_______________________________________________________________

Arnaud Bazin, sénateur et vétérinaire,

Président de la section "Animal et Société", Vice-président du groupe d'étude "Elevage"

 Une PPL globable ?

Sa réponse : Concernant l'étourdissement avant abattage, vous trouverez sur la page du sénat du sénateur de nombreuses QE et QO sur ce sujet Recherche de questions - Sénat (senat.fr)
Vous y trouverez également de nombreuses QE sur d'autres sujets en lien direct avec les thématiques que vous évoquez.
Il vous invite à les consulter.

Le sénateur s'est également positionné contre la vénerie sous terre du blaireau, contre les chasses traditionnelles, contre la chasse à la marmotte et il est mobilisé sur de nombreux sujets tels que: les prises accessoires de cétacés, le développement des méthodes alternatives à la recherche scientifique utilisant des animaux, la retraite des chiens de la police nationale, la végétalisation de l'alimentation...
Il défend la fin de l'élevage en cage et une meilleure condition de vie pour tous les animaux de rente.

La liste est loin d'être exhaustive.

Corée du Sud : fin viande chien en 2027

La Corée du Sud interdit l'industrie de la viande de chien lors d'un vote historique à l'Assemblée nationale

SÉOUL — L'Assemblée nationale de Corée du Sud a voté le 9 Janvier 2024 une interdiction de l'industrie de la viande de chien.

Jusqu'à 1 million de chiens sont élevés en usine et tués chaque année pour la consommation humaine dans le pays. L'interdiction, qui entrera en vigueur dans six mois et sera progressivement supprimée sur trois ans, rendra illégale l'élevage, l'abattage et la vente de chiens et de viande de chien destinés à la consommation humaine à partir de 2027, avec des peines allant jusqu'à trois ans d'emprisonnement ou une amende pouvant aller jusqu'à 30 millions de KRW.

Cette nouvelle fait suite à un élan public et politique considérable. Avec plus de 6 millions de chiens de compagnie vivant désormais dans les foyers coréens, la demande de viande de chien est à son plus bas niveau. Un sondage d'opinion Nielsen Korea de 2023 montre que 86 % des Sud-Coréens ne mangeront plus de viande de chien à l'avenir et 57 % soutiennent une interdiction.

JungAh Chae, directeur exécutif de Humane Society International/Corée, qui a fait campagne sans relâche pour une interdiction, a salué la nouvelle en déclarant : « C'est une histoire en train de s'écrire. Je n'aurais jamais pensé voir de mon vivant une interdiction de l'industrie cruelle de la viande de chien en Corée du Sud, mais cette victoire historique pour les animaux témoigne de la passion et de la détermination de notre mouvement de protection des animaux. Nous avons atteint un point critique où la plupart des citoyens coréens refusent de manger des chiens et souhaitent que cette souffrance soit reléguée aux livres d’histoire. Aujourd’hui, nos décideurs politiques ont agi de manière décisive pour faire de cela une réalité. Même si mon cœur se brise pour les millions de chiens pour lesquels ce changement est arrivé trop tard, je suis ravi que la Corée du Sud puisse désormais clore ce misérable chapitre de notre histoire et embrasser un avenir respectueux des chiens».

Les éleveurs de chiens, les abatteurs et les restaurateurs pourront demander une compensation et, après examen, un soutien gouvernemental sera offert pour faciliter la transition ou la fermeture de ces entreprises, à l'instar du programme Models for Change géré par HSI/Corée. Depuis 2015, HSI a aidé 18 éleveurs de chiens à travers la Corée du Sud à se tourner vers la culture de cultures telles que les plants de piment et le persil, ou vers la livraison d'eau et d'autres moyens de subsistance.

HSI/Corée exhorte le gouvernement à profiter de la période d'élimination progressive de trois ans pour travailler avec des groupes d'animaux, dont HSI/Corée, afin de sauver autant de chiens que possible dans le cadre d'un effort coordonné et parrainé par l'État.

Kitty Block et Jeff Flocken, respectivement PDG et président de HSI au niveau mondial, ont publié une déclaration commune disant : « C'est un jour vraiment capital pour notre campagne visant à mettre fin aux horreurs de l'industrie de la viande de chien en Corée du Sud, et nous l'espérions. à voir depuis très longtemps. Pour avoir visité des élevages de viande canine, nous ne connaissons que trop bien les souffrances et les privations que ces animaux désespérés endurent au nom d'une industrie pour laquelle l'histoire a heureusement mis un terme. Cette interdiction marque la fin de l’élevage et de la vente de viande de chien en Corée du Sud, et nous sommes prêts à apporter notre expertise jusqu’à ce que chaque cage soit vide. »

La Corée du Sud rejoint désormais une liste croissante de pays et territoires d'Asie qui ont interdit le commerce de la viande de chien (avec divers degrés d'application), notamment Hong Kong, Taiwan, les Philippines, l'Inde, la Thaïlande et Singapour, ainsi que les villes de Shenzhen. et Zhuhai en Chine continentale, la province de Siem Reap au Cambodge et 45 villes, régences et provinces d'Indonésie.

 

Lettres Présidents, Ministres, Entreprises

Lettre Ministre Ecologie

A l’attention du Ministre de l’Ecologie

Objet : cause animale et référendum

Monsieur le Ministre,

Objet : cause animale et référendum

Monsieur le Ministre,

Les associations de défense animale ainsi que les Français attendent vos annonces sur la cause animale.
89% des Français jugent la cause animale importante, selon un sondage IFOP de 2019
Près de 4 Français sur 5 (78 %) estiment qu’Emmanuel Macron ne prend pas suffisamment en compte la protection animale dans sa politique.
73 % des Français estiment que la classe politique défend mal les animaux.
Chaque année, en France, 45 millions d’animaux sauvages libres ou issus d’élevages sont tués pendant la chasse, et c’est sans parler des victimes collatérales (humaines et animales). Il est grand temps que cette activité destructrice soit interdite !

Les Français attendent donc des avancées sur la cause animale avec notamment :


• la fin du commerce de la fourrure et des peaux exotiques en France (la vraie fourrure est inutile et très cruelle. La vraie fourrure peut être remplacée par de la fausse fourrure et les peaux exotiques par des fausses)
• la fin des pratiques cruelles de la chasse : la chasse à courre, le déterrage sous terre et les pièges tuants
• la fin de l’élevage d’animaux destinés à la chasse.
84% des Français en 2018 (Sondage Ipsos pour One Voice) sont contre la chasse à courre
Vénerie sous terre sur les blaireaux et les renards
L’association de défense des animaux One Voice révèle une nouvelle enquête sur le déterrage des renardeaux, une pratique de chasse particulièrement cruelle et violente qui ne laisse aucune chance aux animaux.
Les images font froid dans le dos : les chasseurs profitent de l'absence de leur mère pour sortir brutalement trois petits renards roux de leur terrier et les tuer à grands coups de pince sur le crâne... devant des enfants ! Leurs cadavres sont ensuite jetés au fond d’un trou et enfouis comme des déchets avec les mégots de cigarette laissés par les chasseurs. En France, en raison du statut d'« espèce susceptible d’occasionner des dégâts » attribué aux renards par le ministère de la Transition écologique et solidaire, il est autorisé de déterrer et massacrer les renards toute l’année, y compris pendant la période de reproduction. Ces pratiques cruelles ont assez duré !

73% n’imaginaient pas que la vénerie sous terre, chasse qui consiste à pourchasser avec des chiens jusque dans leurs terriers les animaux nocturnes endormis, débusquant ainsi également les petits, existait encore.
83% sont pour son interdiction (Sondage Ipsos pour One Voice).
64% des Français souhaitent interdire les élevages et les lâchers d’animaux destinés à la chasse, selon un sondage IFOP de 2017 (source : Fondation Brigitte Bardot).
Elevage d’animaux destinés à la chasse : environ 20 millions d’animaux sont élevés pour être tirés dès leur sortie des cages. Sur le territoire, quelque 1 500 structures élèvent du petit et gros gibier : perdrix grises et rouges (5 000 000), les canards colverts (1 000 000), lièvres (40 000), lapins de garennes (100 000), cerfs (15 000), daims (22 000), chevreuils (7 000), mouflons (2 500). Des millions d’animaux élevés et relâchés afin d’être… tués [Source : SNPGC & ONCFS] !
Selon des chiffres de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) et du Syndicat national des producteurs de gibier de chasse (SNPGC), au moins 40 000 sangliers sont élevés en France. Didier Guillaume prétend donc réguler une prolifération alimentée par les chasseurs eux-mêmes ! « C’est l’histoire du pompier pyromane, lâche Madline Reynaud. Certes, 80% de ces sangliers sont utilisés pour des chasses en enclos. Mais il existe également des relâchés. La chasse est tellement décriée par les Français que l’on se retrouve dans la situation de devoir conférer un rôle aux chasseurs : celui de ‘’régulateurs’’. Mais s’ils n’entretenaient pas les populations de sangliers en les nourrissant et les abreuvant, ils n’auraient plus de quoi jouer… »

• Elevage pour la Chasse : Les chasseurs régulent en grande partie des animaux élevés pour la Chasse !
Sans ces élevages les chasseurs n’auraient pas assez d’animaux pour jouer et tuer !
• Chasse à la Marmotte : Nous ne savions pas que cette chasse existait. Nous en avons appris l’existence grâce au député Loic Dombreval. La marmotte est un rongeur qui est l’emblème de nos montagnes. Dans la publicité, sur les dépliants touristiques, la marmotte est « l’animal trop mignon » des Alpes. Et pour le député Dombreval : « Entre pratique culinaire marginale et cible d’entrainement, cette chasse est inacceptable ».

L’avis des Français n’est pas pris en compte au sujet de la cause animale. Leurs demandes doivent être transposées dans les lois.

Vous voulez peut-être contenter tout le monde mais l’on ne peut accepter moralement les pratiques cruelles sur les animaux.
Nous devons lutter contre le Mal sur terre et rendre le monde meilleur. Pour nous et nos enfants.
Les pratiques dont je vous ai parlées ci-dessus sont détestables et cruelles et doivent donc être abolies.
Albert Einstein a bien dit : «  le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le Mal mais par ceux qui les regardent sans rien faire ». Il est de votre devoir d’arrêter le Mal.
Je peux supposer, Monsieur le Ministre, que vous êtes contre la cruauté sur les animaux ? Il le faut.

Je souhaiterais également vous soumettre les propositions suivantes :
• Fin Expérimentation animale si méthodes substitutives et développement de méthodes substitutives qui ne recourent pas à l’animal, comme le programme Valitox piloté par le comité scientifique Pro Anima et qui est une méthode en toxicologie basée sur des tests pratiqués sur cellules humaines

• La stérilisation obligatoire des chattes errantes par toutes les Mairies sur leur territoire. Ce n’est pas à la Fondation Brigitte Bardot ou des petites associations à s’occuper de tout cela. Les Mairies doivent prendre leurs responsabilités. Les Mairies sont bien contentes de se décharger sur les associations mais cela est à elles de le faire. Elles trouveront les fonds pour le faire. Elles rogneront sur leurs dépenses.

 

• Fin vente oiseaux. Les oiseaux doivent être libres dans le ciel et non enfermés dans une cage. Les oiseaux ont un besoin primordial de voler, ce que l’enfermement dans une cage ne leur permet pas. Tout comme les êtres humains ont un besoin viscéral de bouger sous peine d’avoir de graves problèmes physiques.
• Les Perroquets doivent avoir leur cage ouverte en permanence pour pouvoir circuler
• Interdiction détention animaux sauvages sauf sauvetage : les animaux sauvages n’ont pas leur place chez les particuliers (félins dont caracal, singes, crocodile...)

• Interdiction de vente des Serpents et Mygales : car ils sont pratiquement tout le temps enfermés dans une boite, ce qui n’est pas un espace suffisant pour eux. Voudriez-vous vivre dans une cage toute votre vie ? Les Serpents sont sortis de temps en temps ou pas du tout et les Mygales sûrement jamais.
• Les détenteurs de Serpents et Mygales seront invités à les apporter dans des parcs animaliers

• Interdiction d’élevage et de vente d’animaux provenant d’usines à chiots et à chatons. Interdiction donc pour certains éleveurs de vendre des animaux venant d’usines sous peine d’amende. Les animaux sont élevés dans des conditions sordides dans des cages sans pouvoir sortir ou dans un espace étroit
• Les personnes faisant rentrer des animaux domestiques provenant d’usines à chiots et chatons seront punies donc par la loi
• Poisson rouge en bocal : C’est de la maltraitance Stress, maladies, solitude…
• Les poissons rouges aiment vivre en groupe. Il faut donc acheter au moins deux poissons. Il ne faut pas mettre un poisson dans un bocal type boule : c’est considéré comme un mauvais traitement dans certains pays. Dans un bocal, le volume d’eau est insuffisant et elle devient vite sale. Les paramètres (température et pH de l’eau) sont moins stables et l’oxygène manque rapidement.
• Votre poisson sera bien plus à l’aise dans un aquarium en verre en forme de parallélépipède rectangle (ou pavé droit) de 30 l (pour un jeune), 50 l (pour un adulte) ou 100 l (pour deux adultes). Un aquarium de 100 l représente un encombrement de 80 x 40 x 30 cm.
• Le poisson rouge maintenu dans de bonnes conditions est très résistant aux maladies. Les maladies et décès surviennent le plus souvent à cause de mauvaises conditions de vie (aquarium trop petit, mauvaise filtration, alimentation inadéquate, surpeuplement...).
• Un poisson rouge n’est pas du tout adapté à la vie dans un bocal. Il les empêche de grandir, de s’orienter grâce à leur ligne latérale (des écailles particulières sur le côté), et écourte drastiquement leur durée de vie.
• La forme arrondie perturbe le poisson, désorienté car ses écailles latérales, qui jouent un rôle essentiel dans ses déplacements, n'ont plus aucun repère. L'animal manque aussi d'oxygène, l'eau n'étant pas filtrée. Si bien qu'à terme, ces aquariums en forme de boule réduisent considérablement la durée de vie du poisson rouge : ils survivent en général quelques années seulement, contre 30 ans en moyenne dans la nature.
• Et Matthieu Lambeaux, PDG d’AgroBiothers a annoncé qu’il ne commercialiserait plus ces sphères. «  Nous allons supprimer une vingtaine de références. Dorénavant, tous nos aquariums auront une contenance de 15 litres minimum et nous ne vendrons plus ces boules que tout le monde a eu un jour chez soi, mais qui ne respectent pas la bientraitance animale  » «  On va perdre un million d’euros du jour au lendemain en arrêtant la commercialisation de ce produit. Mais nous voulons être une entreprise pionnière  ».
• Objectif : imiter l’Allemagne qui a arrêté de vendre ce type d’aquarium il y a maintenant vingt ans. En Allemagne, aux Pays-Bas ou en Italie, le bocal est interdit depuis des années, contrairement à l'Hexagone où sa vente bat encore son plein.
• "Dans un bocal, le poisson rouge de 5 à 7 centimètres ne va pas évoluer", abonde Jian Zhong Li, propriétaire du magasin Aqua Land à Paris. Le commerçant ne vend presque plus de ce modèle et ne le regrette pas.  Dans un aquarium plus grand, le poisson rouge peut atteindre facilement 30 centimètres, soit quatre fois plus.   
• "On ne met pas un bouvier bernois dans un studio ! C’est aberrant. Eh bien, en aquariophilie, c’est exactement la même chose ! Il faut adapter l’aquarium en fonction de ce que vous comptez y mettre, et non l’inverse", abonde le président de la Fédération française d’aquariophilie (FFA), Philippe Ancelot.
• Selon Guillaume Eveillard, conservateur de l’aquarium de Paris : ‘Dans un bocal, le poisson rouge a une croissance qui est réduite et il meurt prématurément. Ce mécanisme de nanification forcée entraine des malformations et des douleurs chez l’animal. Car bien que le poisson rouge n’ait pas d’expressions visibles , il ressent la douleur. De plus la forme arrondie du bocal ne permet pas un renouvellement optimal en oxygène de l’eau, comparé à un aquarium rectangulaire. Cette forme ronde perturbe aussi ses repères. »
• Et selon Annie Roi, présidente de l’association française du Poisson rouge : « Il va capter tous les mouvements extérieurs et vibrations qui rebondissent sur la paroi, le plongeant dans un état de stress permanent. Ses défenses immunitaires vont aussi se retrouver bloquées et il va développer toutes sortes de maladies contre lesquelles son organisme ne pourra lutter. L’hygiène est un autre problème : il baigne dans ses propres déjections car il les fait remonter à la surface. Ce qu’il se passe pour lui dans son bocal non filtré, c’est comme si l’on nous enfermait dans une pièce de 5m2 sans aération avec des pots d’échappement qui crachent en continu. »
• Nous demandons l’application de la Loi 214 : Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce

• Alors quel aquarium privilégier pour le bien-être de notre poisson ? Il faut un aquarium rectangulaire de préférence avec un volume de 150 litres et une belle aération . Selon Le Parisien, les conditions optimales à réunir pour accueillir cette espèce chez soi sont notamment un aquarium rectangulaire ou cubique de 100 litres pour un poisson, avec une hauteur d'au moins 50 centimètres, ainsi qu'une température de l'eau comprise entre 15 et 22°C, au pH neutre, avec un filtre au débit de trois à cinq fois le volume de l'aquarium à l'heure.
• Interdiction Pièges à colle ou des plaques engluées pour rongeurs : cette technique entraine un stress très important. Les rongeurs sont coincés, ne peuvent plus bouger et certains les laissent mourir ainsi de stress, de faim ou de soif. Mort horrible.
• Fin des raticides et souricides pour les particuliers :

 • Les Français peuvent utiliser à la place un appareil à ultrasons comme ceux-ci

 ou celui-ci

 Nous pouvons en trouver d’autres sur le marché. Et ces appareils fonctionnent, nous en avons testé un pour chez nous et cela a très bien marché.

Nous vous demandons aussi l’organisation d’un référendum sur la chasse, la corrida, la viande de cheval et l’expérimentation animale.
Pour ce référendum, les Français voteront en ligne sur le site de votre Ministère ou pourront voter à la Mairie pour ceux qui n’ont pas internet.

Les associations de défense animale communiqueront dans les médias sur ce que vous acceptez et ce que vous avez refusé.

Nous vous demandons, Madame la Ministre, de stopper ces cruautés ou maltraitances, c’est ce que les Français vous demandent.
Nous faisons ainsi appel à votre Conscience.

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer Madame la Ministre Elisabeth Borne, l’expression de mes sentiments distingués.

Madame Valérie Schaub
Association Animalia
www.associationanimalia.fr


Lettre à Mars PetCare en France

Objet : alimentation végane

Monsieur le Directeur Romain Dumas,

Je suis présidente de l’association de défense animale en France, l’association Animalia.

Je vous fais la demande de produits végans pour vos marques (Pedigree, César, Sheba, Whiskas, Catsan, etc.) Pour les chiens et les chats.

De l’alimentation végane pour animaux est proposée par d’autres entreprises mais à un prix élevé, trop élevé. Des exemples : YARRAH Bio Vega 100% Végétarien et Sans Blé pour Chien Adulte
10 Kg 77,88 euros, AMI Dog Lentilles humides - Brocoli 400 G Pâtée 3,20 euros, Veggie Dog 10Kg 48,99 euros et Forza 10 Croquettes Vegan pour Chat Bio - Avec Algues – 1,5kg 14,90 €.

 

Heureusement, aujourd’hui, sauf régime spécial lié à une pathologie, il est possible de nourrir chats et chiens avec une alimentation végane adaptée.
La composition nutritionnelle des croquettes végétaliennes est globalement similaire à celle des croquettes contenant des produits animaux (mais elles ont bien sûr des ingrédients différents). Elles sont d’ailleurs aussi équilibrées que les croquettes carnées de qualité équivalente.
Chiens :Selon l’association Quatre Pattes : Comme les chats, les chiens ont des ancêtres carnivores. Cependant, la domestication du chien a permis à l'animal à quatre pattes de pouvoir également digérer des aliments végétariens - leurs prédécesseurs étaient souvent tributaires des restes de nourriture des hommes. Il est aujourd'hui bien connu que les chiens peuvent être nourris de manière végétarienne et végane.
Comme pour toute forme d'alimentation, la condition préalable est que le chien remplisse les conditions de santé nécessaires et que l'alimentation soit saine et équilibrée. L'animal doit recevoir et tolérer les nutriments qu'il recevrait principalement de la viande / du poisson via les composants végétariens et/ou les compléments alimentaires.
Normalement, les chiens consomment des protéines en mangeant, entre autres, de la viande et des abats comme le foie, la panse et le cœur, ainsi que divers poissons.
Dans le cas d'un régime végétarien ou végane, vous devez apporter ces nutriments via des protéines végétales contenues dans les céréales et les légumineuses.
Etudes pour les chiens
1994 Etude de Peta “(PETA) Dog Health Survey.” 
Etude sur 300 chiens végétariens ou végétaliens, sur une durée de 2 à 9 ans
Les résultats cependant sont plutôt positifs “Plus de 80% des chiens maintenus sur des régimes végétaliens ou végétariens pendant 50% à 100% de leur durée de vie ont été déclarés comme étant en bonne ou excellente santé 
2009 Étude de Brown et al. “An experimental meat-free diet maintained haematological characteristics in sprint-racing sled dogs” 
Etude de 12 Huskies Sibériens pratiquant la course de vitesse, nourris soit avec une alimentation commerciale recommandée pour les chiens actifs, soit une alimentation sans viande formulée selon les mêmes spécifications nutritionnelles. Les chiens ont été nourris avec ces régimes pendant 16 semaines, incluant 10 semaines de compétition. Les contrôles de santé ont été effectués par un vétérinaire qui n’avait pas connaissance des différents régimes alimentaires. Tous les chiens ont été évalués comme étant en excellent état physique et aucun n’a développé d’anémie ou d’autres problèmes de santé détectables”
2014 Thèse de Semp (en PDF) “Vegan nutrition of dogs and cats” 
“Semp a examiné quatre régimes canins et félins utilisés par 233 propriétaires d’animaux (…) ainsi que Benevo Duo, un aliment humide (…). Les produits ont été analysés(…) et comparés aux analyses des fabricants quand elles étaient disponibles. Certains aliments étaient déficients en apports énergétiques (trois produits), en calories (trois produits), en protéines (un produit), et en potassium (trois produits). La recette pour un régime canin fait maison satisfaisait en grande partie les besoins en nutriments, mais était trop faible dans certains acides aminés, la méthionine et la cystéine, la vitamine B12 et le sodium. Semp a rapporté que ces régimes respectaient les besoins nutritionnels pour la plupart d’entre eux, et qu’aucune anomalie clinique ne leur était associée.”
2015 Étude de Kanakubo et al. ”Assessment of protein and amino acid concentrations and labeling adequacy of commercial vegetarian diets formulated for dogs and cats” 
Kanakubo et ses collègues ont examiné 13 régimes végétariens secs et 11 en conserve, pour chiens et chats, qui ont été vendus dans tout ou la plus grande partie des États-Unis. Les concentrations de protéines brutes (CP-crude protein) et d’acides aminés (AA) ont été comparées avec les profils de nutriments alimentaires pour chiens et chats AAFCO. Les concentrations minimales de CP pour les espèces et les stades de vie spécifiés ont été satisfaites par 23 aliments ; l’aliment restant a passé les essais d’alimentation AAFCO appropriés. Cependant, 25% des aliments (6/24) ne répondaient pas à toutes les exigences minimales en AA.
2016 Étude de Knight et Madelaine Leitsberger – “Vegetarian versus meat based for companion animals” 
Cette étude est importante car on y trouve la synthèse de 8 études précédentes d’auteurs divers, mentionnées plus haut : étude de Kanakubo et al. (2015) ; Étude de Semp (2014) ; Étude de Gray et al. (2004) ; Étude de Kienzle et Engelhard (2001) ; Étude de Brown et al. (2009) (Autre publication de Brown) ; Étude réalisée par Wakefield et al. (2006) ; Enquête de Peta (1994) et Étude de Leon et al. (1992).
Il est tout à fait possible pour les animaux de compagnie de subsister, et même de prospérer, sur des régimes végétariens.
Cependant, ceux-ci doivent être nutritionnellement complets et convenablement équilibrés, et les propriétaires devraient surveiller régulièrement l’acidité urinaire et corriger l’alcalinisation urinaire grâce à des additifs alimentaires appropriés, si cela se produit
Chats :Les chats ont des besoins en protéines importants : elles doivent constituer au minimum 25% de leurs apports énergétiques. Contrairement aux humains, les chats ont besoin d’un apport alimentaire en taurine, en vitamine A (et non en bêta-carotène), en acide arachidonique, en EPA et en DHA. Les croquettes véganes sont donc supplémentées avec ces nutriments, à l’instar des croquettes carnées qui sont supplémentées en taurine et divers vitamines et minéraux.

Etudes pour les chats

La première étude de long terme sur l’état de santé des chats nourris de manière vegane a été publiée en 2006 : il en ressort que les chats végétaliens n’avaient pas plus de problèmes de santé que les chats nourris avec des croquettes carnées. (Wakefield et al., 2006)
Une autre publication plus récente, qui passe en revue 4 études ainsi que 12 marques d’aliments non-carnés, a conclu que « Chiens et chats peuvent très bien se porter en suivant un régime végétarien, mais il se doit d’être complet nutritionnellement et raisonnablement équilibré. » Les auteurs précisent dans leur publication que le mot végétarien inclut les alimentations vegan. (Knight & Leitsberger, 2016)
2019 Thèse de Romane Dufayet “Risques et modalités d’une alimentation végétarienne chez le chien et le chat” 
Résumé : Thèse qui comprend une étude de cas clinique sur 5 chats nourris de façon végétalienne totalement ou majoritairement, et qui ont développé des problèmes de santé. Après changement d’alimentation, une amélioration de leur état est constatée. Une analyse d’un échantillon de deux marques de croquettes végétaliennes a été effectuée. Les résultats montrent quelques carences relativement mineures.
2020 Étude de Rafael Vessechi Amorim Zafalon “Nutritional inadequacies in commercial vegan foods for dogs and cats”
Résumé : “L’objectif de cette étude était d’évaluer la composition en macronutriments, les profils d’acides gras et d’acides aminés, et la teneur en minéraux essentiels de tous les aliments végétaliens pour chiens et chats disponibles sur le marché brésilien, et de comparer les résultats avec les recommandations de la FEDIAF (2019) et AAFCO (2019). Quatre aliments végétaliens pour animaux de compagnie ont été évalués (trois pour les chiens et un pour les chats).”
Les résultats montrent de nombreuses insuffisances nutritionnelles.
Une autre étude : De nouvelles recherches suggèrent qu’un régime végétalien pour les chats de compagnie serait non seulement sans danger mais pourrait également être bénéfique pour leur santé. L’étude, parue dans la revue scientifique Plos One le 13 septembre 2023 a interrogé 1 369 propriétaires de chats sur les habitudes alimentaires et la santé de leur animal sur une période d’un an. Parmi eux, 9 % ont déclaré faire suivre un régime vegan à leur chat, le reste fournissait une alimentation carnée à leur compagnon.
« Les chats nourris avec un régime végétalien avaient tendance à être en meilleure santé »
Dans l’ensemble, l’étude n’a révélé aucune preuve de conséquences néfastes de l’alimentation végétalienne sur la santé des chats.
Et d’après les réponses des propriétaires de chats interrogés lors de l’étude, les chats suivant un régime vegan allaient moins souvent chez le vétérinaire et prenaient moins de médicaments que ceux nourris avec une alimentation plus conventionnelle.
Les scientifiques se sont également intéressés à la prévalence de 22 troubles de santé au sein de l’échantillon. Les résultats rapportés indiquent que 37 % des chats « vegan » avaient au moins un trouble contre 42 % pour les chats nourris à la viande.
Les chercheurs ont conclu que « les chats nourris avec un régime végétalien avaient tendance à être en meilleure santé que les chats nourris avec un régime à base de viande. Cette tendance était claire et constante. Ces résultats concordent largement avec des études antérieures similaires» .
Mais encore : Il y a quelques années une revue spécialisée destinée aux vétérinaires Français, a traité le sujet et la conclusion était plutôt positive : Revue vétérinaire l’Essentiel n°423 Octobre 2016 
A l’étranger certains vétérinaires ont étudié la question depuis longtemps.
Il est cependant à noter que malheureusement certains d’entre eux ont parallèlement des positions très discutables, contre la vaccination, ou favorables à certaines pseudo-médecines.
Le Dr Andrew Knight vétérinaire anglais, membre du centre d’éthique animale d’Oxford, est l’auteur d’une synthèse de plusieurs études sur l’alimentation végétalienne pour chien et chats disponible en anglais – et traduite en français par VEGAnimalis (PDF) -, ainsi que Petfoodinnovation.info, un site sur le sujet (en anglais). Il a également rédigé un article (en anglais) sur le site de la Vegan Society.
Le Dr Armaiti May (États-Unis), est également vétérinaire et favorable à ce type d’alimentation, d’autres vidéos : sur la chaîne d’Abby Lodmer (en anglais), sur “Go Vegan Radio” (en anglais), ou encore celle de “World of Vegan” (en anglais).
Elle a créé un site internet, Plantbased.org (en anglais) contenant notamment des liens vers des études scientifiques sur les bienfaits d’une alimentation végétale chez les chiens, pour leur santé et la réduction de l’impact sur l’environnement. Et également une pétition demandant que les chiens des refuges de Los Angeles soient nourris de façon végane.
Il y a aussi d’autres vétérinaires qui s’intéressent au sujet.

Des propriétaires de chiens et de chats n’ont pas les moyens de nourrir leurs animaux de manière végane car le coût est trop élevé. Et pourtant ils le souhaiteraient ardemment.
Nous requérons de mettre sur le marché des produits végans à un prix proche des produits carnés. Des produits végans avec tous les nutriments dont ont besoin les chiens et les chats. L’avis de vétérinaires nutritionnistes est indispensable.
Nous pouvons en discuter si vous le souhaitez.
Vous pouvez m’appeler l’après-midi au 06 14 34 34 87.
Veuillez agréer, Monsieur Dumas, l’expression de mes sentiments distingués.
Madame Schaub Valérie
Présidente Association Animalia

 

 

Et encore...